Image
Gishora est le sanctuaire des tambours créé par le Roi Ntare Rugamba au 19ème siècle. On y rencontre un Palais des tambours Murimirwa (tambour dédié aux cultures) et  Ruciteme (tambour dédié aux forêts) ainsi qu’un enclos Royal reconstitué. Depuis
LES PRODUITS TOURISTIQUES BELAN
BELAN GROUP36
cette époque lointaine, les tambours de Gishora sont joués par un clan communautaire, qui vit sur la même colline et qui apprennent cet art de père en fils et de génération en génération. Sur le site de Gishora, on trouve également l’arbre « Muvugangoma » utilisé pour fabriquer les tambours. Le plus grand tambourinaire du Burundi fait partie de cette troupe de Gishora. Il s’appelle Anthime BARANSHAKAJE, décédé en 2017, qui a reçu en 2014 le prix du meilleur défenseur de la culture du Burundi. En visitant Gishora, les touristes sont accueillis par un guide qui les fait visiter le palais royal reconstitué tandis qu’entre temps les tambourinaires se préparent pour exécuter la danse au rythme envoûtant et au son mémorable qui les accompagne dans une cour où des photos sont prises lors des entrainements passagers à la danse. L’art de la danse des tambours est le plus prestigieux du patrimoine culturel à mesure de promouvoir le tourisme au Burundi et le site de Gishora en est le symbole vibrant. A ce titre, la description du contenu historique de cette danse a fait que le tambour du Burundi soit classé parmi le  « Patrimoine Mondial Immatériel de l’UNESCO », depuis octobre 2014