Kiganda était une ancienne capitale royale à l’époque du roi Mwezi Gisabo (1852-1908). Après des années de résistance contre les envahisseurs Allemands, le Roi Mwezi Gisabo a fini par céder aux conseils des Pères de la Mission de Mugera et de son fils Ntarugera, qui lui ont expliqué qu’il ne perdait pas la guerre mais qu’ils allaient négocier. En effet, dans l’histoire du Burundi, les Rois ne perdaient jamais la guerre et se battaient jusqu’à la mort. C’est donc à Kiganda que fut signé le 6 juin 1903, entre le roi Mwezi Gisabo et le résident allemand Robert von Béring, le traité reconnaissant la colonisation allemande au Burundi. La capitale royale de Kiganda est actuellement occupée  par la paroisse catholique de Kiganda ; mais, l’espace où a été signé le traité a été récupéré par l’Office National du Tourisme(ONT) et réhabilité avec l’installation de 4 pavillons d’affichage, l’un contenant des informations sur les principales valeurs de la société  burundaises, le deuxième avec les principaux événements du règne de Mwezi Gisabo, le troisième le traité de Kiganda proprement dit et enfin le quatrième, la mémoire des vieux Burundais au sujet de cet événement du 6 juin 1903, qui a abouti à la perte de l’indépendance du pays. C’est un lieu avec beaucoup de monuments mégalithiques naturels vers le Sud-Est de l’enceinte. La place est clôturée avec des tubes métalliques et l’entrée est payante.